Le paillage

Classé dans : Conseils Techniques | 11

Pailler à la plantation

Afin de réussir la reprise des plants à la plantation, il est indispensable de bien préparer la parcelle avant de planter (voir également notre fiche technique de plantation). Après avoir nettoyé et sous-solé votre parcelle, nous vous recommandons d’installer un paillage en même temps que l’irrigation. Le but étant de faciliter la reprise des plants, ce paillage a deux avantages principaux : meilleur maintien de l’humidité du sol avec moins d’apports d’eau et pas de mauvaises herbes au pied des plants faisant concurrence à leur installation.

Nous conseillons le film de plastique noir, non perforé, 50 microns minimum, 80 microns encore meilleur pour une durée de 3 ans, comme pour la vigne ou la culture des melons. A installer avec une dérouleuse de plastique sur toute la rangée en cas de grande plantation. Bien enterrer les bords et planter en faisant un trou dans le plastique. En couvrant le trou avec du sable, vous éviterez que l’herbe pousse dans le trou avec le plant. Sur un terrain déjà calcaire, il faut utiliser du sable de rivière, non calcaire, afin d’éviter le risque de chlorose sur les arbres. Il est également possible de découper des carrés de 1 m x 1 m, fendus au centre, et les glisser sur les plants après plantation en enterrant les bords. Le plastique n’étant pas biodégradable, il faut l’enlever au bout de 2 – 3 an.

Prêt à planter, paillage plastique sur butte
Sable au pied des plants pour éviter la pousse d’herbes
Plantation de 3 ans et demi, en mixte sur paillage plastique et pieds de lavande

Cependant, si vous avez un sol très caillouteux et perméable, vous pouvez le laisser plus longtemps. Nous en avons fait l’expérience chez nous en commençant à ramasser les truffes sous le plastique 3 et 4 ans après la plantation !

Le chien "marque" sur le plastique de paillage
Le chien “marque” sur le plastique de paillage
La truffe est bien là, sous le plastique sur un "mixte" de 3 ans
La truffe est bien là, sous le plastique sur un “mixte” de 3 ans

Vous pouvez également utiliser des paillages biodégradables qui vont se décomposer naturellement en 3 ou 4 ans en apportant un peu de matière organique. Les carrés sont fendus du bord au centre et se glissent autour des plants après la plantation. A lester avec des pierres pour éviter qu’ils ne s’envolent.

Plantation en mixte avec paillage biodégradable
Plantation en mixte avec paillage biodégradable
Un très bel exemple de plantation bien préparée
Un très bel exemple de plantation bien préparée

Pailler pour récolter

La truffe demande une certaine humidité que l’on a du mal à maintenir, sur tout en été sur des sols secs et caillouteux.

Nous avons fait des essais avec du bois de chêne broyé mis en sacs en filet (sac pour pomme de terre). Ce paillage est à différencier du paillage au moment de la plantation et s’utilise au contraire sur le brûlé des arbres bien installés. Ces sacs contenant du bois tannique sont disposés sur le brûlé autour de l’arbre, à raison de 2-5 sacs par arbre en fonction de la taille du brûlé.

Sous chaque sac, nous constatons le maintien de l’humidité du sol et une micro-faune importante, le sol est poreux et léger.

L’avantage du sac, par rapport à une couche de bois broyé répandu autour de l’arbre, est que le sac peut facilement être enlevé et déplacé. En cas de temps plus frais et humide ou sur un sol trop argileux, il peut se développer des la pourriture ou des moisissures si on laisse une couche épaisse au sol. Nous évitons ici ce problème en enlevant les sacs avant la période de cavage des truffes. Puis, après la saison des truffes, les sacs seront disposés à des endroits différents autour de l’arbre.

Les résultats des essais sont parlants. Sous les sacs laissés en place du printemps jusqu’en octobre et après un été avec une panne sur la pompe du forage et 45 jours sans irrigation en juillet – août, nous avons trouvés plus de truffes qu’en dehors de ces emplacements et de plus gros calibre. Nous avons également trouvé des truffes au sud de l’arbre, alors que d’habitude nous les trouvons au nord. Ce paillage offre donc un point ombragé et légèrement humide qui favorise l’apparition de la truffe.

Par contre, sous les sacs laissés jusqu’au début décembre et après des pluies importantes fin octobre-début novembre, nous avons ramassé des truffes gorgées d’eau et ramollies. La leçon à retenir : il faut retirer les sacs début octobre ou après les premières pluies importantes de l’automne. Il est cependant clair que ce paillage sur les brûlés a été très utile et l’expérience sera.

Sacs de paillage sur brûlé
Sacs de paillage sur brûlé en été
Les truffes sont plus grosses sous le paillage
Les truffes sont plus grosses sous le paillage

11 Responses

  1. PROF ELMCHAOURI HASSAN

    BONJOUR :

    au plaisir de vous rencontrer….excellent travail bon vent et bonne santé…..
    HASSAN ELMCHAOURI – GREENBIOGOLD

    • nina_wollner

      Bonjour,
      L’effet du plastique noir est avéré dans la reprise des plants, l’absence des mauvaises herbes concurrentes et la souplesse du sol sous le plastique. Tout cela favorise un milieu propice à la production plus tôt que sans le plastique. L’expérience nous a démontré que le mieux est le plastique noir non perforé.

  2. lebowsky

    bonjour
    vous parlez de sable non calcaire que vous rajoutez dans le trou de plantation?
    et ce dans le cas d’un terrain tres calcaire
    cordialement

    • nina_wollner

      Bonjour,

      Je conseille de refermer l’entaille dans le plastique de paillage avec du sable afin d’éviter que les herbes poussent autour du tronc. Il faut don poser un petit mont de sable sur le plastique autour du tronc. Dans le cas d’un terrain très calcaire, il faut mettre du sable de rivière non calcaire afin d’éviter la chlorose liée à l’excès de calcaire.

  3. lebowsky

    bonsoir
    je reviens vers vous pour vous reposer ma question precedente .
    le racinaire sous le plastique noir ne se retrouve t ‘il pas trop en surface pour la suite.
    merci

    • nina_wollner

      Bonjour,
      Veuillez excuser ma réponse tardive, j’ai eu un souci d’accès au site suite à un changement de version php.
      Dans une plantation truffière, le but est d’avoir des racines plutôt en surface et non pas plongeantes. Le plastique permet un bon développement racinaire juste à la bonne profondeur et laisse également le sol souple. Dans les très nombreux cas que nous voyons de plantations avec paillage plastique, nous n’avons jamais vu de problèmes racinaires.

  4. Hugo

    Bonjour,

    Merci pour tous ces renseignements.

    Je n’ai malheureusement pas encore d’irrigation. Puis-je arroser par dessus un paillage biodégradable (en jute) une fois ce dernier installé ou me conseillez vous d’arroser mes 15 litres par nouveau plan et d’ensuite installer le paillage ? Je vous remercie d’avance pour votre retour.

    • nina_wollner

      Bonjour,
      Je vous conseille d’arroser de suite après la plantation puis installer vos paillages. Par la suite, vous allez bien entendu devoir arroser par dessus le paillage. Soyez surtout vigilant à partir du printemps par temps sec et pendant l’été. Je vous souhaite une bonne continuation et reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

  5. Y.Michalak

    Bonjour à tous,

    je réfléchis de plus en plus à faire un test de paillage (une rangée sur deux) lors de la plantation de la future truffiére en décembre.

    Il existe 4 types de paillage :

    – La bâche plastique : « toile » non tissée, imperméable à l’eau et à l’air. Non biodégradable. Peu coûteuse.

    – La toile tissée plastique : laisse passer l’eau et l’air. Non biodégradable. Plus chère que la bâche.

    – La toile tissée compostable : laisse passer l’eau et l’air. Biodégradable. Onéreuse.

    – La toile en fibres végétales (chanvre, jute, coco…) : biodégradable, enrichit le sol, mais chère.

    Je voudrais partir sur une bâche plastique comme ceci :

    https://tinyurl.com/Paillage-noir

    Je m’interroge juste sur un point.
    La bâche étant imperméable contrairement à la toile tissée plastique cela ne va-t-il pas impacter le besoin en eau des jeunes plants.

    Du coup je me demande si la toile tissée de ce type (ci-dessous) n’est pas plus adapatée :

    https://tinyurl.com/Toile-de-paillage

    Quel type de paillage préconisez-vous et avez-vous un fournisseur à nous conseiller ?

    Merci pour vos retours d’expérience.

    • nina_wollner

      Bonjour,
      Merci pour cette contribution, ce serait intéressant d’avoir plusieurs avis. J’en profite pour laisse le mien : Le paillage plastique non tissé, non perforé donne des très bons résultats de reprise et surtout, le sol reste très souple sous le plastique, plus que sous une bâche perforée ou tissé. Dans ce cas, il faut une irrigation par goutte à goutte avec une capillaire plantée près du tronc. par contre, il faut faire attention à la qualité du plastique : un 50 µ (microns) va être un peu fragile et se déchire plus facilement si vous marchez dessus ou s’il s’accroche à des branches. Le 80 µ est plus résistant et vous durera les 3 années préconisées. Attention à la largeur, si vous prenez 80 cm, en enterrant de 20 cm de chaque côte, il couvre peu de surface en largeur. Avec une largeur de 1,30 à 1,50 m, vous êtes tranquille pour le travail du sol pendant 3 ans.
      Voilà mon avis, à vous de partager vos expériences.
      La toile de paillage est très fragile et destinée à être recouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *